LOT 2013


REGION MIDI-PYRENEES

Samedi 18 mai
Voici venu le temps d'aller à Rocamadour. Nous attelons la caravane sous une pluie battante, une main pour le parapluie et l'autre pour tirer la caravane. Le ciel gris sombre nous tombe sur la tête. Sortir de la ferme La Roussie, n'est pas des plus faciles. L'accès est étroit et tortueux, un peu trop pour les 7 mètres de notre caravane. Tandis que la pluie redouble, je descends guider JP, afin que nous sortions de là sans encombres, les vitres et rétros étant couverts de buée et de gouttes d'eau.
Nous arrivons peu avant midi à l'aire naturelle de camping de la ferme Branche située à un kilomètre de Rocamadour. Camping très agréable, avec de grands espaces et un accès bien dégagé cette fois.
Vers 16 heures, le ciel s'étant un peu éclairci, nous partons pour une randonnée, non sans nous être munis de k-ways et parapluies.
Le sentier démarre près de la ferme, passe devant le château dressé en haut de Rocamadour, descend jusqu'aux sanctuaires bâtis à mi-niveau, et aboutit ensuite à la rue commerçante tout en bas. Une belle déclivité !
Lors de l'approche, nous pouvons admirer le rocher avec ses trois niveaux et au fur et à mesure de la descente, nous immerger dans la cité baignant dans l'ambiance religieuse, chanteurs au coeur des sanctuaires, distribution de journaux d'église, communautés proposant d'assister à la messe de Pentecôte.
Tout en bas, après la descente en lacets et les 216 marches, nous parcourons la rue qui regorge de commerces touristiques. Nous remonterons par deux ascenseurs, car la pente est très raide !
En chemin mon appareil photo fait des siennes, il refuse de déclencher. Après plusieurs essais, j'utilise mon téléphone pour faire les photos. De retour à la caravane, nous passons la fin d'après-midi à tester l'appareil ! Panne intermittente difficile à cerner ! A suivre !

Voir les photos de la randonnée de Rocamadour depuis la ferme Branche.

 

Fête des fromages
Fête des fromages à Rocamadour.

Dimanche 19 mai
A la Pentecôte, c'est la fête du fromage à Rocamadour. Des fermiers des environs et au-delà (Limousin, Pyrénées) viennent y vendre leurs fromages. Nous en dégustons plusieurs et en achetons tout autant. C'est très plaisant de choisir tous ces fromages au goût. C'est un régal !

Après déjeuner, nous nous rendons à Collonges, en suivant un petit itinéraire que nous avons établi nous-mêmes.

- Belvédère de Copeyre : Il offre un beau panorama sur la Dordogne qui a quitté son lit et entouré les arbres de la prairie, formant un îlot provisoire.

- Collonges la Rouge: Absolument magnifique! Le village tout en pierres rouges recèle de vraiment jolis coins, maisons à tour d'angle rond, poutres soutenant des balcons rouges, église rouge, château rouge et une profusion de verdure qui tranche sur le pourpre omniprésent. Collonges qui n'est pas dans le Lot, mais à quelques kilomètres en Corrèze (Limousin), mérite amplement le détour.

- Turenne: Nous ne sommes pas montés jusqu'au château, la route étant bien trop pentue. Nous nous sommes contentés de jeter un œil sur la belle place aux maisons blanches en bas du bourg. En plus, avec le vent il fait un froid de canard et il pleuvasse!

- Lasvaux… Cazillac… Une petite grimpette à pied, en pente bien raide, nous amène près de la Vierge en pierre qui embrasse du regard le panorama verdoyant. Mais la vue n'est plus à 360 degrés, comme le dit le guide, car les arbres ont poussé et en cachent la moitié.
Vers Collonges la Rouge


Lundi 20 mai

Nous espérions un peu de soleil aujourd'hui, mais la couverture est toujours aussi grise et tourmentée, à peine si elle se soulève dans un coin pour dévoiler un peu de bleu et il fait froid.
Aujourd'hui, circuit de la Dordogne Lotoise… Plein de jolis villages, Carennac, Loubressac, Autoire, St Céré, Bretenoux… et des paysages vallonnés, tout en douceur... verts, verts, verts.

La Dordogne Lotoise

- Floirac est un vieux village plein de charme, dans lequel il fait bon flâner. Entre Floirac et Carennac, nous suivons une route toute verte qui lorsqu'elle s'approche de la Dordogne, nous dévoile une rivière impétueuse aux courants forts qui viennent lécher le pied des arbres.

- Carennac: Un des plus beaux villages de France, très joli ensemble de maisons d'époque qu'on découvre derrière le petit pont fleuri, une tour soutenue par des étais en bois, une maison de maître (ou château), un bourg minuscule mais sympa, d'autant que le ciel commence à bleuir. Mon APN, lui par contre, fonctionne de moins en moins bien.
Une route très étroite, juste la largeur de la voiture, conduit à Loubressac. La vue s'étend loin; en contrebas sur la gauche se dessinent Dordogne et champs verts magnifiques.

- Loubressac : Encore un des plus beaux villages de France, perché au-dessus d'un paysage vallonné, tout en rondeur, arbres sombres sur vertes prairies et rivières. L'œil se repose à admirer le calme de la vue. Le village par lui-même est aussi ravissant que les autres, vieilles pierres grises, fleurs, une surprise à chaque détour de ruelle.
La route qui conduit à Autoire, domine un cirque tout en courbes lui aussi. On aperçoit une dernière fois Loubressac, avant d'entrer dans un autre beau village de France.

- Autoire : Encaissé entre les collines, ce bourg me paraît avoir moins de caractère que les autres, mais le clocher de l'église qui s'encadre entre deux vieilles maisons est une belle image.

- Saint Céré : C'est surtout la place Mercadial qui est remarquable avec ses maisons médiévales réparties tout autour.

- Bretenoux: Le cœur de la bastide dissimule de belles demeures médiévales soutenues par des arcades en bois. On dirait un décor de cinéma. Au-delà d'un porche aux poutres en bois, s'étale un plan d'eau entouré de verdure.
Nous amorçons la route retour. En chemin nous ne manquons pas d'admirer le château de Castelnau à Prudhomat, une des plus importantes forteresses de France. Au sommet d'une hauteur, la bâtisse aux couleurs rousses, écrase la vallée de son imposante stature.

Château de Prudhomat
Château de Prudhomat.

Mardi 21 mai
Il pleut sans discontinuer depuis ce matin, nous avons le chauffage dans la caravane. 12° dehors à midi ! Puisqu'il pleut, pleut, pleut, autant aller aujourd'hui au gouffre de Padirac (c'était prévu demain), au moins ce sera une sortie à l'abri et il ne fera pas plus froid que dehors.

Gouffre de Padirac
Gouffre de Padirac.

Le gouffre en effet affiche 13°et une eau à 12°. C'est une belle excursion à 103 mètres sous terre, un peu humide certes, l'un des lacs souterrains étant alimentés uniquement par l'eau de pluie qui ruisselle sur les roches.
Par endroits, la hauteur de la voûte atteint 94 mètres. Entre la surface et le plafond il ne reste qu'une dizaine de mètres de roches.
De superbes salles (la salle du trône est l'une des plus grandes d'Europe) avec des concrétions calcaires, rivière, lac de pluie et rivière souterraine, cascades de calcite et par endroits des barrages calcaires naturels, qui comme à Pammukale (Turquie), retiennent l'eau des petits lacs étagés. On y admire aussi la grande Pendeloque, stalactite géante de 60 mètres de haut qui se reflète dans le lac de la pluie et puis le lac des Gours et des sculptures naturelles plus ou moins baroques en forme de champignons, choux- fleurs ou pommes de pin.
La promenade est étonnante, à pied d'abord, puis en barque et de nouveau à pied avant le retour par le même chemin. Trois kilomètres sous terre au total !

Mercredi 22 mai
La pluie a fini de tambouriner sur le toit de la caravane ce matin, tandis qu'un rayon de soleil nous tire du lit. Nous allons au moulin de Cougnaguet pour une randonnée dans la vallée de L'Ouysse, une agréable promenade entre rivière et bois, avec de belles chutes sur la rivière qui mouille le pied des arbres et à la "Font del Truffe" (fontaine des truffes), un ruisseau qui inonde la route et un trou d'eau limpide où des scaphandriers (pompiers de Paris) s'enfoncent jusqu'à 15 mètres de profondeur, pour trouver un passage étroit, ressortir de l'autre côté et se glisser dans un nouveau passage. Un pompier nous explique qu'ils s'entraînent là, pour pouvoir dégager des gens dans des maisons inondées ou dans des voitures tombées à l'eau.

Voir les photos de la randonnée de la vallée de l'Ouysse.

Nous rentrons à la caravane pour déjeuner avant de repartir pour Martel, par une route buissonnière.

Soudain, un peu avant Lacave, apparaît le château de Belcastel, absolument superbe sur son éperon rocheux dominant la Dordogne de 50 mètres. Nous le mitraillons (mon APN après avoir perdu la fonction autofocus, ne veut plus même fonctionner en manuel, donc j'utilise le smartphone pour photographier). Belcastel, c'est la carte postale type. Quelle belle image !

A Meyronne, on passe la Dordogne en direction de Saint Sozy, puis Creysse; la rivière est largement sortie de son lit. Les arbres se dressent au milieu de l'eau qui file à grande vitesse vers l'aval. La route continue de longer la Dordogne, c'est très attrayant.

- Creysse : Nous accédons au bourg minuscule par un pont de pierre. Un escalier empierré et usé par les ans, mène à l'église qui, avec ses absides jumelées, est unique en France, paraît-il. D'en haut, on domine la Dordogne qui court à toute vitesse, gonflée par les pluies continuelles des derniers jours. L'eau se glisse partout, dans ce joli village, des petits ponts permettent aux habitants de rentrer chez eux, tandis qu'une halle aux lourdes poutres sommeille au bord du ruisseau principal.
Vers Martel

- Martel est une petite ville au coeur de laquelle la cité médiévale est interdite aux voitures, on peut donc y flâner en paix. Au centre, devant le palais de la Raymondie, trône la halle au toit soutenu par des entrelacs de vieilles poutres. Dans le bourg, on dénombre sept tours et de nombreuses maisons de maître majestueuses, sises le long des ruelles pavées de cailloux si bien usés par les ans qu'on dirait des galets. Après une grande promenade dans la ville, nous rentrons à la ferme.

Jeudi 23 mai
Entre averses, gros nuages gris et écharpes de ciel bleu, nous déménageons la caravane direction Cahors. Le camping de la rivière Cabessut au bord du Lot est plaisant; de la fenêtre, nous apercevons la rivière par dessus une petite haie.
Dans l'après-midi, nous découvrons Cahors qui offre assez peu de surprises, si ce n'est une judicieuse horloge à billes devant laquelle nous nous arrêtons un moment. En fin d'après-midi, nous grimpons au Mont Saint Cyr, d'où nous pouvons contempler une vue remarquable sur la vieille ville baignée par le Lot.

Vendredi 24 mai
Un peu plus de bleu que les jours précédents, mais une couronne de nuages sur l'horizon nous décide à partir tôt pour profiter du soleil avant qu'il ne soit noyé. Nous avons prévu un itinéraire autour du Lot (vers l'ouest), jusqu'à Puy Lévèque.

Vallée du Lot vers Puy Lévèque

Tout d'abord, un petit coup d'oeil au Pont Valentré, un vieux pont fortifié en arc d'ogive, datant du 14ème siècle et classé au titre de monument historique, avant de prendre la direction de Douelle. C'est une charmante route fleurie par de multiples essences d'arbres à cette époque en pleine floraison, route qui sur certaines parties, jouxte le Lot. Par ici, la vigne est reine, les noms de domaine se succèdent, la lumière allume les verts des frondaisons d'arbres. C'est fou comme un rayon de soleil fait sourire le paysage.

- Saint Vincent Rive d'Olt : Un rosier rouge sur le mur de l'église, quelques maisons restaurées, une mairie vieillotte aux volets bleus enserrent un ruisselet qui cascade gaiement. C'est tout le charme de Saint Vincent dont nous prenons quelques images avant de repartir le long du Lot en direction de Luzech... Vignobles, Noyeraies... Les ceps de vigne parfaitement taillés quadrillent le décor.

- Nous arrivons à Albas, petit bourg calme frileusement serré au-dessus de la rivière. Depuis la table d'orientation, balayée par un vent froid, le regard embrasse la vallée. Un méandre du Lot, tour à tour illuminé par le soleil et assombri par les nuages, porte sur sa rive droite Albas qui contemple son reflet dans l'eau verte. Depuis le centre d'Albas il faut franchir le pont suspendu et passer rive gauche pour capturer d'autres images ravissantes.
Dans les villages que nous traversons, les iris rivalisent de beauté, couleurs éclatantes et inattendues. la cloche tinte de 12 coups, quand nous arrivons à Belaye, où depuis la table d'orientation, la vue porte sur une mosaïque de parcelles aux cultures et aux tons variés et sur le Lot qui encercle l'ensemble en un seul méandre. Paix du paysage, bruit du Lot qui monte jusqu'à nous... Le vent dessine des reflets sur les champs quand la végétation se courbe sur son passage.

- Puy Lévèque : Nous pique-niquons au bord du Lot, mais dans la voiture, le vent est trop froid. Au moins, il ne pleut pas et de temps en temps le soleil se glisse entre deux nuages. La rivière déborde sur le quai. Au-dessus, s'étale, en pente douce, le Puy Lévèque médiéval.

- Castelfranc : Au centre, se dresse le mur-horloge, paroi monumentale ornée d'une horloge et qui est aussi la façade de l'église, une église qui recèle de très lumineux vitraux. A quelques pas, on s'arrête devant la rivière "Le Vert" et ses chutes que domine le jardin des sens aux iris variés, rosiers et autres fleurettes. Un pavot rose attire l'oeil. Dans la rue des jardiniers, attenante, les iris de toutes sortes déploient leurs couleurs éclatantes.
Nous rentrons à Cahors par Crayssac et Mercues.

Pavot
Pavot rose.

 

 
Menu Journal Page suivante Page précédente Page précédente Menu Journal Page suivante Vous y êtes ! Pas de Recette ! Accueil Occitanie Tourisme