Itinéraire dans le Jura - 2019

  En FOURGON

 

Itinéraire dans le Jura

Dimanche 21 juillet
Cette semaine, je ressors le Cam's, direction le Jura... J'ai concocté un itinéraire qui va faire le tour de presque tous les lacs de la région de Clairvaux, un itinéraire d'environ 260 km répartis sur 15 jours (plus la route aller 565 km et retour 545 km).

Mardi 23 juillet
Première étape de mon escapade dans le Jura : Beaune, où je me suis arrêtée à 19 h pour la nuit après 460 km dans la fournaise entre 37 et 39°.
Ce soir à plus de 20 h, il fait encore 30° degrés dans le Cam's.
Le soleil étant enfin caché, j'ai fait un petit tour dans Beaune, histoire de me dégourdir les jambes, après 8 heures de route.


Mercredi 24 juillet
Première nuit de canicule infernale !
2 heures du matin, toujours 37 degrés dans le Cam's avec deux fenêtres et deux lanterneaux ouverts. Impossible de fermer l'oeil !
4 heures : toujours pas endormie.. en voulant ouvrir une troisième fenêtre je m'aperçois que les compas qui la soutiennent sont bloqués et que je ne pourrai pas la refermer... une demi-heure de manipulation dans le noir, sans pouvoir sortir car je crains de réveiller tous les voisins en claquant la porte.
Je laisse les choses en l'état et j'essaie de dormir. En vain car je réfléchis à comment je vais pouvoir décoincer mon bidule pour pouvoir repartir. Impossible de rouler comme ça !
6 heures : toujours pas endormie, je me lève avec le jour et je commence mon bricolage. Avec un petit tournevis glissé dans la rainure, je débloque les crans de chaque côté. Pas facile seule, car dès que j'en débloque un, comme il faut soulever la fenêtre pour débloquer le second, aussitôt le premier se recoince... patience... patience...
Ouf j'ai réussi. au moins je n'ai pas eu trop chaud à cette heure-là pour mon bricolage.
11 heures : je démarre pour terminer les 130 km qui me restent.
Il fait toujours aussi chaud, 37 degrés bien que je sois montée un peu en altitude.
Rapide coup d'œil au lapiaz de Loulle, impossible de déjeuner ici pas une once d'ombre.
Quelques kilomètres plus loin je m'arrête à la cascade de la Billaude où je peux manger à mi-ombre et vers 15 heures je m'installe dans un camping à l'ombre .
Repos enfin !

Jeudi 25 juillet
Journée "bof"...
La route que j'ai choisie surplombe le lac de Narlay et longe le lac d'Ilay, les couleurs sont superbes.
Mais la cascade du saut Girard est à sec, pas un filet d'eau et le jardin soi-disant botanique du Frasnois (appellation très exagérée) est tout desséché... Après avoir déjeuné au bord du lac d'Ilay, je gagne le camping de Narlay. Très fréquenté, avec peu de végétation, il a au moins le mérite d'offrir une vue superbe sur le lac de Narlay.
Il fait trop chaud pour faire autre chose, cet après-midi, que rester à l'ombre du store. La chaleur m'ôte toute envie de bouger...

Lac de Narlay

Vendredi 26 juillet
A peine quelques degrés de moins que les jours précédents...
Ce matin je décide de faire le tour du lac de Narlay, une promenade de 4 km très agréable, autour de ce lac tout vert .
À midi, je quitte le camping et modifiant légèrement le programme prévu, je me rends d'abord au pic de l'aigle que je n'escalade pas jusqu'au bout car il reste 200 mètres d'escaliers et j'ai déjà grimpé pendant 500 mètres, sous le soleil cuisant, sur un chemin de pierres peu stables.
Ensuite je me dirige vers le belvédère des quatre lacs, un point de vue absolument superbe.
En milieu d'après-midi, plutôt que retourner au camping de Narlay comme prévu, j'improvise et je me rends à Saint-Laurent en Vaux, dans un petit camping très calme. Une courte averse orageuse vient de rafraîchir l'atmosphère.

Les 4 lacs

Samedi 27 juillet
Après de belles pluies cette nuit, le temps est redevenu plus frais. Je revis.
En début d'après-midi, une jolie route forestière, qui passe par Chevrotaine, me conduit au belvédère de Fontenu, où se découvre une magnifique vue sur le grand lac de Chalain.
A Doucier, je m'offre le plaisir d'entrer dans une fruitière. J'aurais envie d'acheter tous les fromages de l'étal, mais je me contente finalement de Comté et de Morbier, pour cette première fois.
En route vers les cascades du hérisson ! Le camping est agréable mais il n'y a pas le moindre réseau, ni internet ni téléphone. Ma soirée va être très solitaire.
Les pluies de cette nuit ayant alimenté les cours d'eau, j'ai la chance de ne pas voir la cascade de l'Eventail à sec. Rien à voir avec son débit quand nous y étions venus en 2004, mais elle est quand même belle.
Depuis les cascades du Hérisson, aucune couverture réseau, uniquement les appels d'urgence, demain j'essaie de retourner voir la cascade de l'éventail et je m'en vais aussitôt après.

 

 
Page suivante Recette ! Vous y êtes ! Accueil Bourgogne - Franche-Comté Tourisme !