MERCREDI 16 février
Ciel bleu, soleil.
Nous partons pour l'orphelinat des éléphants. La route descend (Kandy est à 500 m) et nous offre des échappées sur un paysage de verdure et de forêts aux nombreuses essences mélangées.
PINAWELLA : Nous assistons au biberon des petits éléphants. Il y en a un tout petit… Il a dû boire une bonne douzaine de biberons d'un litre. Il ne lui faut pas plus de 4 secondes pour avaler le contenu de la bouteille.
Le troupeau est en liberté dans un vaste enclos, mais pour le biberon, les petits sont attachés. Un énorme éléphant aveugle reste là, immobile… Ce sont des chasseurs qui lui ont crevé les yeux.
Le bain des éléphants : tout le troupeau arrive dans l'eau, les petits jouent avec leur trompe sous l'eau, tous semblent contents de patauger. Certains traversent pour rejoindre la rive opposée et aussitôt se couvrent de poussière avec leur trompe. Bientôt, ils sont recouverts de boue et retournent dans l'eau qui se colore en jaune. Les bébés disparaissent sous l'eau, mais restent à l'abri des plus gros.
Nous visitons ensuite une petite fabrique de vêtements artisanaux, on nous montre le tissage de la soie sur un vieux métier, et une femme m'habille avec un sari d'un joli vert . C'est très seyant, mais pas du tout approprié pour la Normandie.

Sari

Après le déjeuner à l'hôtel, nous visitons une fabrique de pierres précieuses. Un petit film nous explique l'extraction et la taille des pierres, nombreuses, au Sri Lanka.
Et voici le jardin de Peradeniya : Fleurs, arbres et fruits magnifiques, deux heures de promenade dans un havre de verdure et de beauté.
Ensuite, nous parcourons la ville de Kandy qui regorge de commerces et de marchandises. On y retrouve un peu l'ambiance des villes nord africaines, mais les gens ne vous importunent pas sans arrêt. On peut flâner sans être interpellé à chaque boutique… Circulation désordonnée, tuk-tuk, piétons partout, odeurs diverses…
Au dîner, nous discutons longuement avec Pria, du pays, du tsunami, entre autres…

JEUDI 17 février
Ciel bleu, beau temps
Nous quittons Kandy pour Nuwara Eliya. Nous traversons l'université la plus grande du pays (300 ha / 8000 étudiants). Les bâtiments sont disséminés dans un immense parc.
La route s'élève en lacets jusqu'à 2000 mètres. La circulation est assez spéciale dans tout le pays, les tuk-tuk roulent un peu n'importe où, les voitures sont souvent au milieu de la route, il n'est pas rare de se retrouver face à face avec un bus local. A cela, il faut ajouter les vélos, les mobylettes, les nombreux chiens et parfois les vaches.

Le drapeau Cingahalais
Le lion représente le temps des rois. En effet, cinghalais (sang de lion) vient de sinha le lion. Ils disent qu'ils sont des descendants des lions.
Le lion porte une épée à la patte droite pour montrer que les Cinghalais sont courageux.
Le rouge représente les Cinghalais, le vert, les Musulmans, le orange, les Tamouls, le jaune, les minorités.
Les quatre feuilles sont celles de l'arbre sacré.

Le nom de l'île
Sri signifie sacré, Lanka signifie île. Le nom de Ceylan avait été donné par les Hollandais, puis les anglais, mais à l'origine, le pays s'appelait Sri Lanka. Aujourd'hui, il a repris son vrai nom.

Nous atteignons les cultures de thé dans lesquelles les femmes cueillent les jeunes feuilles. Un théier peut durer 35 ans, il produit au bout de 3 ans et on peut récolter toute l'année, environ tous les 15 jours. Tous les 5 ans, on coupe toutes les branches.
Le paysage est vert à l'infini, le thé épouse les pentes, les vallonnements. On le plante sur les coteaux pour éviter le pourrissement des pieds par la pluie. Il est coupé de longs sillons rectilignes qui accentuent le relief. Au delà des plantations de thé, les verts couvrent la montagne jusqu'à son sommet, arbres ou tapis verdoyant, tous les tons de vert sont déclinés.

Visite d'une manufacture de thé : Le thé est cueilli, séché sur grands tapis, broyé, trié par taille, séché de nouveau, chauffé, puis passé au travers de tamis qui permettent de récupérer les différentes variétés, la moins bonne "dust" (poussière) étant mise en sachets.

Nous poursuivons notre route en montant encore dans un paysage idyllique, lacs bleus dans la verdure environnante. Des femmes Tamouls cueillent le thé au dessus de la route.
Voici le col à 2000 mètres, et nous sommes toujours dans les plantations de thé. En chemin, Pria nous montre les photos de sa femme, ses deux filles (16 et 13 ans), sa belle-sœur. Nous déjeunons dans un hôtel de style anglais, repas sri lankais comme d'habitude, avant d'arriver à Nuwara Eliya vers 15 heures… Grande balade à pied aux alentours, au dessus d'un petit lac… Sur la route, nous voyons de superbes maisons coloniales. Toutes ont un grand réservoir d'eau au dessus du toit ou à côté en hauteur. A l'aide d'une pompe, ils le remplissent en se branchant sur le réseau communal. C'est ainsi qu'ils ont l'eau courante dans les maisons. Nous rentrons à l'hôtel, notre chambre donne sur un petit champ de thé.

 

 
Page suivante Menu Journal Page précédente Vous y êtes ! Recette Accueil Sri Lanka Tourisme