LUNDI 14 février
Ciel bleu, beau temps. Départ à 7 h 45.
Sur la route d'Anaradhapura, le guide nous parle des coutumes du pays.

Le peuplement
L'île est peuplée d'une majorité de Cinghalais (74%), mais aussi de Tamouls (18%) et de Musulmans (8%).
Les Cinghalais ont la peau plus claire que les autres. Quant aux Tamouls, ils se classent en Tamouls Indiens, et Tamouls originaires du Sri Lanka, bien que tous aient la nationalité Sri Lankaise.
Les Cinghalais préfèrent vivre à la campagne et travailler dans les champs, les autres vivent en ville et sont commerçants, c'est pourquoi, on peut voir des mosquées en ville et des temples bouddhistes à la campagne (dressés sur de petites collines).

Les coutumes
Le riz se récolte deux fois par an. Tous les voisins viennent aider à le planter et à le récolter. La première récolte a lieu en mars, parce que le nouvel an cinghalais se fête le 14 avril, et que cela permet d'avoir de l'argent pour faire la fête.

Ce nouvel an ne commence pas à minuit, mais à une heure déterminée astrologiquement, qui ne coïncide pas avec celle de la fin de l'année précédente. Les quelques heures entre la fin d'une année et le début de l'autre, sont consacrées à des cérémonies religieuses. Tout le monde est assis et doit regarder dans la même direction.
Au commencement de l'année, un feu est allumé, on porte de nouveaux vêtements dont les astrologues ont choisi la couleur, et les activités reprennent. On peut inviter un ami commerçant, pour effectuer la première transaction de l'année. La personne qui invite donne quelques roupies à son hôte, sur une feuille de bétel, et celui-ci doit rendre un peu plus d'argent qu'il n'en a reçu. Deux ou trois jours après, les Bouddhistes se mettent de l'huile sur la tête et se baignent tous ensemble. C'est la fête, ils mangent des sucreries et organisent des courses de vélos pendant toute la semaine.
Mais en réalité, pour le travail et l'organisation de la vie, le 1er janvier reste le 1er jour de l'année.

La seconde récolte de riz a lieu environ en septembre. Mais ça peut varier d'une région à l'autre. Il fait toujours beau, donc ça dépend surtout de la mousson.

Le travail
Les gens ont 35 jours de congé par an, plus les week-end. Ils ne travaillent pas les jours de pleine lune (soient 12 jours par an) et ont encore une dizaine de jours de repos, pour leurs fêtes religieuses.
Les hommes peuvent prendre leur retraite à 55 ans (maximum 60) et les femmes à 50 ans (maximum 55). Les guides (profession libérale) ne peuvent travailler au delà de 65 ans.

Nous voyons les enfants – une multitude – qui arrivent à l'école, les filles en blanc portent une cravate, mais ce n'est pas le même costume que pour l'école du dimanche (il était plus décoré). Les garçons sont en short bleu et chemise blanche. Tous se rassemblent dans la cour, en deux groupes, garçons et filles séparés, pour un "meeting" avant d'entrer en classe.

L'école
Il y a environ 4 millions d'écoliers au Sri Lanka.
A 3 ans, ils peuvent déjà aller à l'école. Pour cela, on invite un bonze que l'enfant doit vénérer mains jointes. On lui donne alors un crayon, il écrit quelques signes et on voit s'il veut continuer.
A 4 ans, 90% des enfants vont à l'école maternelle, elle n'est pas obligatoire et elle est privée. Il y a environ 20 élèves par classe.
A 5 ans, c'est la grande école jusqu'à 14 ans, privée ou d'état (gratuite). Elle commence à 8 heures et se termine à 14 heures.
Lors de la 5ème d'année d'école, a lieu un examen pour sélectionner les meilleurs élèves qui iront dans une grande école en ville. C'est pour cela que l'après-midi, beaucoup d'enfants vont dans des écoles privées, afin de préparer au mieux cet examen. Même à la campagne, tout le monde va à l'école.
Pendant la 10ème année de scolarité, il y a un examen, à la suite duquel, on peut prolonger ses études de deux ans encore.
Dans la 12ème année, on passe un nouvel examen pour entrer à l'université (1,6% d'étudiants y accèdent). Il y a aussi des instituts techniques.
Les élèves travaillent 3 mois, puis ont un mois de vacances, de nouveau 3 mois de travail et un mois de congé…etc.

Le mariage
Beaucoup de mariages sont arrangés par des marieurs qui proposent des garçons et des filles. Sinon, on utilise les petites annonces. Il faut alors fournir des renseignements : race, taille, âge, religion, métier, salaire, dot pour une fille…
L'âge est d'environ 25 ans pour les filles et 30 pour les garçons. A la campagne toutes les filles sont vierges, à la ville on n'en est pas aussi sûr.
La dot est donnée au jeune couple et non pas aux parents du marié. Il est bon de connaître la caste de l'autre, mais comme il est insultant de la demander directement, il faut mener l'enquête auprès des voisins, ou la deviner par le nom de famille. (On distingue environ 14 castes qui déterminent le choix des métiers, et du conjoint). Les futurs mariés doivent avoir aussi un bon horoscope (au moins 6 éléments concordants sur les 21).
Ensuite, si tout va bien, une rencontre a lieu dans la maison de la jeune fille, en présence de nombreux invités qui les observent. Quelques jours plus tard, si tout le monde est d'accord (parents et enfants), les parents vont voir seuls, la maison du garçon.
Le jour propice, la famille de la fille prépare la fête. Les pétards éclatent, on installe une estrade. Le garçon arrive. La fille porte un costume crème avec sept colliers en or. Tous deux montent sur l'estrade, le garçon offre un autre collier en or à sa femme, et un sari rouge qu'elle mettra le lendemain (le rouge est la couleur du sang !)
Sept filles chantent des cantiques. Un garçon coupe une noix de coco en deux, et selon la façon dont elle retombe, c'est signe de bonheur ou pas. La fête dure 4 à 5 heures. Ils partent ensuite en voyage de noces dans de beaux hôtels, ou bien ils vont s'installer quelques semaines chez le garçon et plus tard chez eux.
Les couples ont au maximum 3 enfants (autrefois, ils en avaient dix). Peu divorcent (2%), car c'est très difficile. Il faut prouver que l'homme n'est pas venu pendant sept ans, ou qu'il boit ou frappe sa femme. Même si tous deux sont d'accord, une bonne raison est quand même exigée par le juge.

A l'entrée d'Anaradhapura, un arbre est couvert de chauves-souris. Nous visitons le stupa "Jevatanarama", fait en briques rouges et en cours de restauration. Une grande statue de Bouddha couché s'y trouve. Le stupa, est destiné à recevoir un peu des cendres de Bouddha, (le 28ème , celui qui a donné toutes les dates des 27 précédents Bouddha). Ses cendres, après sa mort, ont été distribuées un peu partout dans les pays bouddhistes et sont conservées dans divers stupas, construits à cet usage.
Ensuite nous nous rendons au stupa "Buwanen Weli", qui lui, a été blanchi à la chaux lors de sa réfection et contient également une grande statue de Bouddha couché.
Maintenant, nous sommes au pied de l'arbre sacré, vieux de 23 siècles, une branche de banian rapporté du nord de l'Inde sous lequel Bouddha parvint à l'Illumination. Il tient encore debout grâce à un étai. Des oiseaux chantent tout autour. Les femmes en blanc offrent des fleurs à Bouddha, ce sont elles qui sont fidèles, pas les hommes. En fait, elles vénèrent Bouddha qui n'est pas un dieu. Chacun peut essayer de devenir un Bouddha, mais il aura besoin de plusieurs vies exemplaires pour y parvenir, en effet les bouddhistes croient à la réincarnation.
Après avoir vu la piscine des 5000 bonzes (150 m x 50) nous déjeunons, puis visitons Isuru Muniya, un petit temple dont la chambre est sculptée à même un gros rocher. A quelques pas, se trouve un grand jardin où nous observons d'anciens bassins près desquels le fils du roi rencontrait son amoureuse, en secret, caché derrière un rideau d'eau.
De retour à l'hôtel vers 17 heures, nous bouquinons sur une chaise longue au milieu de la verdure, devant notre bungalow, tandis que les singes courent et jouent tout autour de nous. Il y en a bien 15 à 20 qui se pendent aux lianes, mangent des fleurs, sautent des toits sur les branches tandis qu'un petit iguane traverse tranquillement à 1 mètre de moi.


 
Page suivante Menu Journal Page précédente Vous y êtes ! Recette Accueil Sri Lanka Tourisme