Samedi 12 mai
Trajet Le Locle - Aeschi avec la caravane.
Nous partons sous des trombes d'eau. Après la chaleur estivale des deux jours passés, le ciel a ouvert les vannes. Nous quittons donc le Jura pour les Alpes. Nous installons notre camp de base à Aeschi, près de Spiez, à petite distance du lac de Thoune. Le camping est encore fermé jusqu'à demain, mais on nous accepte quand même. Il pleut, pleut, pleut. Notre seule escapade sera un petit tour à Spiez, où nous jetons un coup d'oeil, à l'abri sous nos parapluies, au lac de Thoune et au port de Spiez, après avoir acheté quelques "Torino" et "Ragusa", excellents chocolats suisses.

Dimanche 13 mai
Les nuages enveloppent le camping quand nous partons vers 8 h 45 pour le tour du lac de Brienz. Au niveau du lac, des écharpes cotonneuses s'accrochent aux versants tapissés de sapins donnant au paysage, un aspect un peu mystérieux. Toutefois, nous aimerions les voir s'élever pour découvrir les Alpes toute proches, mais néanmoins invisibles.

Spiez

Isetwald :
Sur le bord du lac, vert malgré le ciel gris, des chalets anciens en bois foncé, se tiennent les uns à côté des autres, superbes d'authenticité. Ici ou là, une crête enneigée perce la chape nuageuse.

Cascades de Giessbach :
Une courte marche à travers la forêt nous amène au pied de l'impressionnante chute, qui dans un fracas extraordinaire, déverse des millions de litres d'eau, éclaboussant, aspergeant, écumant. Le vent soulève des nuées de gouttes en un voile léger, brumisateur naturel... Un sentier étroit permet de se glisser jusque sous la cascade, sous l'abri d'une caverne pour prendre quelques clichés, avec le lac vert et les nuages qui s'ensoleillent peu à peu en arrière-plan. Une route étroite nous emmène entre ruisseau, montagnes et cascades, à travers des champs de boutons d'or, où paissent de paisibles vaches grises, vers Unterbach puis Meiringen.

Gorges de l'Aar :
Un défilé spectaculaire se faufile entre de hautes roches qui laissent passer à peine de lumière tandis que le torrent impétueux d'un beau vert jade, gronde dans les étranglements. C'est une promenade plaisante, sur des passerelles agrippées aux parois verticales, arrosées de filets d'eau et de myriades de gouttelettes cascadant depuis les roches surplombantes. Une lumière diffuse baigne le fond de la gorge où file dans un élan joyeux, l'irrésistible coulée de l'Aar.

Vers midi, nous pique-niquons au bord du lac, avant de nous arrêter à Brienz pour quelques photos de chalets cossus et anciens. La route vers Interlaken épouse chaque contour du lac vert et le regard s'accroche au décor sans cesse renouvelé de montagnes enneigées au-dessus de l'eau claire.

Bönigen :
Comme partout autour du lac, grands chalets sombres décorés ici ou là de sculptures en bois... Parfois c'est la façade entière qui est travaillée, et toujours de multiples fenêtres aux volets colorés.
Façades en longues planches verticales ou horizontales, ou bien en tavaillons (sortes de planchettes en bois), balcons fleuris... Autour de l'église de Bönigen, chaque maison rivalise de beauté avec ses voisines.

Nous quittons le lac de Brienz et empruntons la route qui passe à Lauterbrunnen et s'achève à Stechelberg... petite rivière en contrebas, formidable muraille verticale, parcourue de cascades gigantesques...

Cascades de Trümmelbach
Nous entrons sur le site des cascades de Trümmelbach — dix cascades cachées à l'intérieur de la montagne — où nous sommes accueillis par ce texte de Baudelaire affiché sur une pancarte géante : " Et des cataractes pesantes comme des rideaux de cristal se suspendaient, éblouissantes, à des murailles de métal."
Un ascenseur nous emmène au coeur de la montagne, jusqu'à la moitié du parcours. Pour admirer les chutes n° 6 à 10, il nous faut emprunter un interminable escalier. On débouche au sommet sous un puits de lumière. Puissantes, ces cataractes dévalent avec force, dans un fracas assourdissant, spectacle grandiose de force naturelle. Celles qui sont complètement enfermées dans la montagne sont éclairées artificiellement.
Une fois revenus à la plate-forme d'arrivée de l'ascenseur, nous empruntons un autre escalier qui nous ramène au niveau de l'entrée. Au passage, nous découvrons les cinq autres chutes qui tourbillonnent en virages serrés mais arrondis et se fracassent sur les bords érodés.
Un kilomètre plus loin, à Stechelberg, la cascade de Sefinen tombe à la verticale en une gerbe éclaboussante. Nous rentrons à Aeschi par Interlaken.

Itinéraire Suisse

Lundi 14 mai
Grand ciel bleu ce matin... Nous nous étions fiés à la météo pour programmer la montée en téléphérique au Niederhorn. Nous découvrons autour du camping des montagnes qui jusque là se dissimulaient dans les nuages. Nous apercevons le lac de Thoune dont nous ferons le tour dans la journée, beaucoup plus bleu qu'hier, quand sous le ciel voilé, il se teintait de jade.

Einigen :
Une ravissante église, surmontée d'un clocheton effilé recouvert de tavaillons, surveille un minuscule port de barques. Buis, lilas, buissons divers exhalent des senteurs fraîches sous la chaleur naissante du soleil qui nous caresse. Quel bonheur de sentir cette douce tiédeur.

Schadau :
Le lac de Thoune vient mourir au pied grand parc ombragé entourant le château (Schadau Schloss) aux murs de briques roses et pierres grises. Toute proche, une petite église éclatante se dissimule entre les hauts arbres. Au loin, sur l'autre rive du las, de hautes montagnes enneigées (le Finsteraarhorn - 4274 m) étincellent au soleil. Il fait bon flâner un moment dans ce décor serein.

Thoune :
Cette petite ville possède quelques curiosités, un château de contes de fées, la Haupstrasse, une rue dont les toits des boutiques installées sous les arcades du rez-de-chaussée, servent de trottoirs, la place de la mairie, un joli pont couvert sur l'Aar qui, ruban vert, traverse la ville.
Nous pique-niquons à la sortie de Thoune, sur un banc posé face au lac émeraude et à la montagne. Quel paysage ! Et le soleil qui chauffe par-dessus !

Beatenberg :
Les cabines nous emportent au Niederhorn (1950 m.). Un panorama formidable se découvre à 360 °, lac de Thoune, le Mont blanc au loin, les Alpes encore abondamment enneigées. Assis sur un transat en bois, au soleil, nous avons face à nous, l'Eiger, le Monch et la Jungfrau.
Un bouquetin passe, paisible, à quelques mètres de nous, nous paressons au sommet, il y fait si bon, la vue est si belle !

VOIR LE PANORAMA

Descente en cabine... Descente en voiture... Superbe, entre lac émeraude, Jungfrau, Monch et Eiger, étincelants sous le ciel clair... Au-dessus de nous évoluent quelques parapentes et ULM... Nous arrivons à Interlaken.

Itinéraire Suisse

 

 
Menu Journal Page précédente Menu Journal Page suivante Menu Journal Menu Journal Page précédente Menu Journal Page suivante Accueil Suisse Vous y êtes ! Recette Tourisme