Lundi 22 juillet
Un bon vent sur une mer plate nous emmène avec les enfants jusqu'au cap des Mèdes, à l'extrémité ouest de Porquerolles, baie aux eaux limpides dans laquelle nous passons l'après-midi à nous baigner. Manon et Paul s'en donnent à coeur joie.
Incident inattendu, l'attache de la balancine cède au mouillage et la bôme s'abat avec fracas sur le toit levant du bateau qui se referme avec autant de bruit ! Pas de dégâts collatéraux ! Nous réparons tant bien que mal à l'aide de l'écoute de tangon.
Nous rentrons à Hyères pour l'heure du dîner. Il fait une chaleur caniculaire, mais en mer, nous étions bien grâce au vent rafraîchissant.

Mardi 23 juillet
9h30 ! En compagnie des enfants, nous prenons la direction de Port-Cros. La mer est belle, le soleil toujours au rendez-vous. Nous arrivons à Port-Cros en fin de matinée et nous nous baignons au milieu de gros poissons pas farouches du tout, qui tournent autour de nous.

Port-Cros

Après le pique-nique dans le cockpit, nous débarquons dans le petit port de Port-Cros et montons sur les hauteurs de l'île par un petit sentier parfois ombragé, parfois cuisant. Nous découvrons de là-haut, de superbes panoramas. Après une pause rafraîchissement sur une terrasse de café au centre de la place aux palmiers qui jouxte le port, nous embarquons sur Cap Sounion pour une nouvelle baignade dans un mouillage proche. Mais le vent s'est levé et la mer se creuse un peu. Nous décidons de rejoindre le port directement. Un bon force 5, parfois 6, nous accompagne. Les vagues ne sont pas si hautes (un mètre au maximum), mais de face, elles mouillent copieusement, projetant des gerbes d'eau tiède. Nous entrons dans le port à 19 h 30, complètement trempés.
Une fois les enfants partis, nous procédons au grand rinçage du bateau, de nos habits, des serviettes de bain et du coin rangement de tribord arrière qui est tout trempé, l'eau de mer s'étant introduite par le coffre du même bord. Rien d'étonnant, vu la quantité d'eau qui stagnait sur cette banquette du cockpit et qui dégringolait de la grand-voile. Ce grand nettoyage nous amène à 21h30, heure à laquelle, un peu affamés, nous nous mettons à table.

Mercredi 24 juillet
Beaucoup de vent ce mercredi et grosse chaleur ! Seuls sur le bateau, nous n'avons pas fait grand chose ce matin. En fin d'après-midi, quand le soleil daigne enfin atténuer ses ardeurs, nous sortons pour une balade au jardin Olbius Riquier à Hyères -rien d'exceptionnel- et pour quelques courses au centre commercial.

Jeudi 25 juillet
Une grande excursion sur terre...
Nous partons dès 9h30 avec les enfants en direction de l'est. Premier arrêt à Grimaud, ravissant village médiéval perché dans les collines du massif des Maures, dominé par les ruines d'un château fortifié et parcouru de ruelles pittoresques pavées à l'ancienne. Beaucoup d'ombre... Et de l'air frais dans les rues... Après la visite du bourg, nous nous installons sur une grande table de pique-nique bien ombragée pour déjeuner.
Nous nous dirigeons ensuite vers la cité lacustre de Port Grimaud... Canaux, ponts, terrasses de café le long des bras d'eau, belles maisons. C'est une promenade bien sympathique qui nous amène au milieu de l'après-midi.
Après quoi, nous prenons la route de Saint Tropez. La petite ville célèbre nous déçoit. Pourtant, nous la connaissons bien pour y être allés plusieurs fois déjà. Mais elle a perdu de son authenticité. Les boutiques de luxe se disputent la place. le port est un peu vide à 16 heures et les quelques immenses bateaux qui y sont amarrés ne sont pas beaux... Gigantesques, mais noirs et tristes...
Après une pause rafraîchissement, fort appréciée, nous montons à Gassin, perché sur un promontoire rocheux. Venelles tortueuses, et maisons typiques, ce village authentique est frais et c'est un vrai plaisir que de sentir ce petit vent qui apaise la brûlure du soleil.
Depuis les remparts, on découvre un panorama exceptionnel sur le golfe de Saint Tropez. Une table d'orientation indique qu'on peut voir les îles d'Hyères, le massif des Maures et les Alpes, mais la brume de chaleur toujours présente, ne le permet pas.
Nous quittons Gassin et rentrons au port de Hyères vers 20h30.

Gassin

Vendredi 26 juillet
Dernière journée en mer avec les enfants. Nous passons l'après-midi dans la baie des Langoustiers à Porquerolles. La baignade est agréable et le paysage superbe avec le phare de Porquerolles tout proche, le rivage bruissant de sauterelles derrière nous et la presqu'île de Giens juste en face. En quinze jours, Manon et Paul sont devenus de vrais poissons dans l'eau, nageant au milieu des bancs d'oblades et autres poissons, sautant dans l'eau, montant et descendant à l'échelle de corde (c'est pas si facile) pour entrer ou sortir de l'eau.... et grande première aujourd'hui, ils ont fait le tour du bateau à plusieurs reprises !
Nous rentrons à Hyères vers 20h30.

Samedi 27 juillet
Matinée approvisionnement... Nous remplissons le frigo et les coffres pour les jours à venir. Au retour, nous garons la voiture sur le parking dans l'enceinte du port et plaçons un antivol récemment acheté sur la remorque. En fin d'après-midi, les enfants viennent nous rejoindre au bateau avant que nous nous rendions tous ensemble au restaurant, sur le port. Soirée sympathique et retour par le marché artisanal du soir le long des quais.
Demain, Vince et Steph quittent le camping, direction Carcassonne. Les quinze jours ont passé vite. C'était de bons moments... Et les bons moments passent toujours trop vite.
Quant à nous, nous allons continuer seuls le périple.

Dimanche 28 juillet
Les enfants sont partis ce matin, mais pas nous, car le vent était suffisamment fort pour nous empêcher d'aller contre lui vers le Lavandou. Quant au port de Porquerolles que nous avions envisagé de rallier aujourd'hui, il était plein. Quand j'ai appelé la capitainerie, on m'a dit que les bateaux ne partaient pas à cause du vent et que le port par conséquent était complet.
Nous verrons quoi faire demain selon la météo qui annonce encore beaucoup de vent fort pour les deux jours à venir.
En attendant, nous sommes allés au marché ce matin et nous restons tranquilles à l'ombre du taud, cet après-midi. Une petite promenade, pieds dans l'eau le long de la plage, nous dégourdit un peu les jambes en fin de journée. Il n'y a plus un souffle d'air, il fait chaud. Mais les nuages sur l'horizon laissent présager des orages pour bientôt.

Orages

Lundi 29 juillet
Même temps, mêmes effets... Comme hier, beaucoup trop de vent sauf éventuellement pour nous diriger vers le Lavandou avec, à la mi-journée, un force 6 (parfois 7) d'ouest, donc derrière nous. Mais le port du Lavandou affiche complet dès ce matin. Nous restons donc encore à Hyères. Les autres options sont trop dangereuses, Carqueiranne parce qu'il faudrait aller contre le vent, Porquerolles parce que le bateau serait couché par le travers et le port sans doute plein, Port-Cros enfin parce que l'abri est déconseillé en cas de force 7... Et c'est justement ce qu'annonce la météo !
Quelques courses ce matin, dont l'achat de lattes de grand-voile que nous avons perdues en mer sans trop savoir comment, après-midi à l'ombre du taud d'abord, mais qu'il nous faut bientôt replier car il claque si fort dans les rafales qu'il risque de s'abîmer. J'en profite pour le renforcer à trois endroits où il a ragué.
A 18 heures, nous allons à pied jusqu'au mouillage à l'ouest des deux ports... Presque 45 minutes de marche, le long de trois des bassins du port. Tout au bout, nous atteignons une plage de sable où nous faisons halte une bonne demi-heure avant d'aller manger un aïoli au bord du bassin intérieur (le quatrième) bordé de magasins et restaurants.

Mardi 30 juillet
Météo favorable, nous avons réservé une place par téléphone à Bormes-les-Mimosas. Une belle étape avec 15 à 20 noeuds de vent, Cap Sounion file entre 5 et 6 noeuds (et même 6,2) ça va vite, ça ne mouille pas, ça gîte un peu, sans plus.
Une heure et quart après le départ, nous sommes devant Bregançon, nous doublons le Cap Bénat et remontons vers le port de Bormes dans lequel nous entrons peu avant midi.
Après-midi caniculaire, pas d'autre option que rester sous le taud. Vers 18 heures, nous partons pour une randonnée le long du sentier littoral mais celui-ci est très mal fléché et nous ne le trouvons pas... Faut-il marcher dans le sable épais de la plage ? Trop épuisant par cette chaleur ! Faut-il longer le rivage par le camping ? Nous nous engageons sur une route qui finalement nous éloigne de la mer et rebroussons chemin... Trop chaud ! Et on ne voit même pas le littoral. Nous rentrons à bord après une boucle de trois kilomètres, épuisante et inintéressante.

Mercredi 31 juillet
Il est 9h20 quand nous prenons le bus pour monter à Bormes avant que le soleil ne nous assomme. C'est jour de marché dans le petit bourg. Nous flânons entre les étals et dans une partie du village historique que nous avions visité avec Vince et Steph, il y a deux semaines.
De retour vers midi, nous déjeunons puis lisons à bord. Malgré le taud, il fait vraiment très chaud. En milieu d'après-midi, nous remplissons le cockpit d'eau et nous nous y baignons. Nous n'avons pas eu le courage d'aller jusqu'à la plage (à dix minutes de là), car il aurait fallu aller et revenir sous le soleil. C'est beaucoup mieux, quand on est au mouillage, où se baigner signifie juste descendre l'échelle de corde et arriver tout de suite dans l'eau fraîche.
En soirée, nous sortons pour une petite randonnée, du port de Bormes au port du Lavandou par le littoral, ce qui représente 5,2 km aller-retour. La surprise, c'est que le Lavandou est en fête, chars illuminés, Père Noël (original pour un 31 juillet) et feu d'artifice grandiose. Nous rentrons au bateau à minuit.

Voir les photos de la balade sur le littoral entre le port de Bormes et le Lavandou.

Jeudi 1 août
Levés tôt, nous quittons Bormes en direction de Cavalaire à quelques milles à l'est. Un agréable vent nous accompagne pendant une partie de l'étape et même s'il nous faut tirer des bords, la mer est plate et plaisante. Il nous faut cependant finir au moteur car le vent tourne en faiblissant et souffle maintenant juste devant l'étrave.
Après un après-midi à l'ombre, nous dînons tôt et vers 20h15 alors que le soleil a disparu, nous partons pour une petite rando en bord de mer. Nous marchons le long du littoral jusqu'à Dauphin Plage, entre lauriers roses, pins maritimes et autres haies végétales.

Voir les photos de la balade sur le littoral entre Cavalaire et Dauphin Plage.

Vendredi 2 août
Une balade en ville, ce matin, et quelques courses... Et en soirée, la même balade qu'hier soir jusqu'à Dauphin Plage.

 

 
Menu Journal Page précédente Vous y êtes ! Recette Accueil PACA Tourisme