< !DOCTYPE HTML PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> Journal de bord-croisière en Yougoslavie du 15 au 21/08/1983
 
 


 



Lundi 15

Remontée de la rivière Krka. De hautes roches défilent sous nos yeux, un grand pont sous lequel nous nous glissons, puis un lac dans le cours de la rivière, et enfin Skradin.
C'est en annexe que nous gagnons les chutes d'eau : 2 heures à la rame… L'eau ruisselle, bondit de pierre en caillou, s'arrête un moment dans un petit lac vert puis rebondit encore, et rejaillit un peu plus bas, dans une autre cuvette. De marche en marche, l'eau s'écoule ainsi, fraîche, pure, vers le bas. Les gens se baignent dans les cascades, l'eau chante, rugit. Quelle impression de fraîcheur !
Le soir, nous gagnons Zaton…

Mardi 16
Lever de bonne heure pour la viande et le pain ! La rivière Krka est bientôt derrière nous; nous sommes en mer. A midi, près de l'île Zlatin, un mouillage fantastique s'offre à nous. Eau verte sur les bords, bleue au milieu, bordée de sapins odorants sous lesquels une myriade de grillons chante. Dans cette petite baie, les enfants se baignent tandis que je prépare le repas.
Vent variable jusqu'à Primosten, village perché sur une colline rocheuse entourée d'eau. La terre est aride, et pourtant elle est exploitée : jardins, figuiers, vignes. Les maisons, curieuses, sont construites toute en pierres, même le toit. Au sommet, l'église, calme, domine la baie et le port. Nous allons faire un tour. Au retour, nous trouvons pour le dîner, une belle table préparée par Vincent qui était resté seul. Cer soir, devant le rivage illuminé, avec un fond musical venant d'un café proche, l'humidité tombe peu à peu… Nous rentrons dans le carré, pour une soirée-lecture.

Mercredi 17
Primosten – Trogir :
A 17 heures, nous abordons un quai, le long duquel poussent de beaux palmiers. Aussitôt, nous partons dans la ville : ruelles moyenâgeuses, belles maisons de style, rues pavées luisantes usées par les passants, cafés, terrasses dans la rue… Au marché, on nous interpelle : "moitié-prix pour les Français… Les prix marqués, c'est pour les Américains !"
Nous découvrons une charmante petite ville aux murailles épaisses, avec un petit air de passé !

Jeudi 18
J'ai réveillé l'équipage avec des beignets yougoslaves. Quel régal !
Départ pour Milna (île Brac). Petit vent agréable ! La mer nous offre sa palette de couleurs.
Escale dans une baie, pour la baignade… Vincent plonge en eau profonde depuis le bateau, Olivier s'y est essayé aussi. Il n'a peur de rien. Vincent commence à nager sur quelques mètres. L'étape est très plaisante… Milna apparaît, vieux village quelconque qui offre peu de ressources. Arrive le moment serein, où assis dans le cockpit et dans le noir, nous regardons et écoutons les bruits de la nuit...

Vendredi 19
Chassés par une odeur de vase, nous allons manger nos croissants plus loin. Ce village ne nous a pas beaucoup plu. Vers 17 heures, nous arrivons à Hvar (île Hvar). Au port, des dizaines de bateaux font la queue, l'eau n'est distribuée que pendant une heure le matin et une heure l'après-midi. Nous en avons trouvé sur la place du marché, aussi quittons-nous le quai très encombré et qui offre peu de sécurité pour le bateau. Dans un mouillage proche, les enfants se baignent. De retour au port, dans la soirée, car le bateau au mouillage était devenu une balançoire, nous nous amarrons sur la rive opposée, plus calme, avant de nous rendre à un spectacle dans le théâtre de verdure (orchestres, balalaïkas, groupe vocal, danses folkloriques…)
Au retour, l'annexe glisse dans un clapotis, sur l'eau qui reflète toutes les lumières du port, on croirait flotter dans cette lumière. La lune aussi, jette sa clarté sur le port, tandis qu'une vague musique nous accompagne dans cette lente glissade sur les flots.

Samedi 20
Hvar– Starigrad (Ile de Hvar)
De mouillage en mouillage, olivier patauge et commence à bien se débrouiller sur quelques mètres… Les deux gamins plongent du haut du bateau dans la mer limpide, tandis que je reste dans l'eau pour récupérer mon petit lascar. Aujourd'hui, après huit jours de recherche, nous avons enfin trouvé du café… ou du nescafé… Nous verrons à l'utilisation.

Dimanche 21
Nous venons d'entamer la remontée vers le nord. Nous nous arrêtons dans une anse bien abritée de la côte sud de Brac. Ce mouillage, à l'aplomb de roches taillées au carré, nous offre une eau verte profonde, des bancs de poissons serrés, de couleurs diverses, croisent en tous sens, certains stagnent sur le fond, près du bateau. Pas de vagues, juste quelques rides qui viennent se glisser en un friselis léger le long de la coque, un souffle léger rafraîchit l'air après une chaude journée, on distingue le chant de quelques grillons, la fuite de petits crabes dérangés par notre présence. Tous ces légers bruits se fondent en une symphonie de la nature qui baigne la crique d'une profonde quiétude.

 

 
Page suivante Menu Journal Page précédente Vous y êtes ! Recette Accueil Yougoslavie Tourisme