Vendredi 10 août
Ce matin à 8 heures – et pour la première fois – le thermomètre n'indique que 23° dans la caravane ! On se sent plus léger !
Nous partons sous un ciel gris, pour une excursion au nord de Veliko, sur la route de Kazanlak. Après un premier arrêt-photo au pied de l'imposant monument dressé à la gloire de la libération du joug Ottoman, apparaît le monastère de Dryanovo, enserré entre de hautes murailles rocheuses, pans de montagne dressés dans un joli cadre de verdure. L'église est belle, icônes et dorures, mais le monastère assez quelconque, cependant il émane de l'endroit des relents d'autrefois, poutres vieilles et authentiques, bric-à-brac de charrettes sous le hangar.

Bojentsi : On y accède par un couloir de verdure de 7 kilomètres environ, moutons et chèvres, maisons pittoresques…

Bojensi

Véritable village de poupées, Bojentsi est resté authentique, avec ses puits inchangés depuis 200 ans, ses maisons aux toitures couvertes de lauzes, lourdes pierres plates du pays, ses poutres d'époque, ses façades bien blanches, et même au fond d'une cour un vieux four à pain surmonté d'une haute cheminée. C'est le plus joli village, à mon goût, que nous ayons rencontré jusqu'ici.

Etar : Comme il est déjà 13 heures, nous commençons par déjeuner dans une ravissante auberge, tonnelle couvertes de vignes, au bord du torrent qui chante… température idéale…

Etar

Ce parc ethnographique permet une agréable promenade, on entre dans les maisons où subsistent les vieux pressoirs à huile de noix, meules à grains, fours, moulins, ponts et ruelles reconstituées, ateliers, coupes de bois, séchage de peaux, une époque révolue qu'on traverse dans le calme…

Quatre kilomètres plus loin, dans la montagne, se dresse le monastère Sokolski, avec son église aux fresques vivement colorées, son jardin fleuri, sa fontaine bruissante, sa paix intérieure.

Au col de Chipka (1200 m), est érigée une haute tour de pierres, monument de la liberté qui domine de sa masse imposante les vallées alentour, dont la vallée des roses. La vue tout autour s'étend très loin en un superbe panorama.
Sur la route du retour, nous voulions voir Trjavna, nous avons bien découvert la route pour nous y rendre, puis le col du même nom, mais la ville jamais ! Et bien sûr, pas de panneaux indicateurs, pas de bornes pour indiquer le numéro de la route, rien !
On a fait demi-tour après 25 kilomètres (soient 50 kilomètres inutiles aller-retour) et on est rentrés avec les yeux rivés en permanence sur la carte et les rares pancartes. Malgré ça, on a encore dû faire quatre fois demi-tour… Panneaux placés n'importe comment, indiquant deux directions opposées pour la même ville, ou encore Veliko 59 km et cinq minutes après, Veliko 38 km !
On a pu observer également Veliko fléché vers la droite, mais… aucune route sur la droite…
Ou bien, trois directions indiquées bien clairement au-dessus de la route, et une quatrième (celle qu'on cherche évidemment) écrite sur une petite pancarte accrochée dans un arbre dont les branches la cachent.
Sans oublier dans un croisement à angle droit, une flèche oblique à 45°, pour indiquer sans doute qu'il faut passer à travers les maisons… ou le champ !
Et j'en passe ! Ras l'bol !
L'Union Européenne qui a financé la plupart des structures routières aurait dû expliquer par la même occasion, comment mettre des panneaux routiers pour qu'ils soient efficaces !
23 heures… un très gros orage éclate, il tombe des cordes… On ferme toutes les issues.

Samedi 11 août
Il a plu longtemps cette nuit et encore un peu ce matin… 24° dans la caravane, c'est beaucoup plus confortable. En début d'après-midi, nous nous rendons à Arbanassi. Il devrait y avoir de nombreuses maisons classées par l'Unesco, mais elles ne sont pas signalées, et aucun office de tourisme pour dispenser le moindre renseignement… Alors nous n'en avons vu aucune ! Il y a bien une église sans clocher, transformée en musée, donc payante ! Bon, voilà, c'est tout !
Nouvel orage en arrivant à Veliko Tarnovo, un rideau de pluie s'abat sur nous, renforcé par les gouttières qui, fontaines géantes, déversent l'eau au-dessus des rues, à moins qu'elles ne se vident à gros bouillons au pied des maisons , sur le trottoir même. En quelques secondes, les rues deviennent ruisseaux. Nous avions déjà observé ce phénomène en Roumanie. Il ne faut pas être piéton, quand il pleut dans ces régions.

Gouttière

Monastère de Preobrajenski : Au-dessus d'une profonde vallée, ce monastère en cours de restauration veille. Le contraste est saisissant entre les fresques anciennes noircies dont on ne distingue plus grand chose et celles qui restaurées éclairent les murs de leurs couleurs vives. C'est intéressant de voir la transformation en cours. Dans la cour, sous les balcons en bois, sont exposées de vieilles charrettes.

Monastère de Preobrajenski

Une quinzaine de kilomètres plus loin, c'est Nikopolis, nous voulions visiter ces ruines, mais nous ne sommes plus certains que l'endroit vaille les 12 levas qu'on nous demande à l'entrée. Quelques colonnes tronquées et un chemin pavé, un reste d'amphithéâtre paraît-il.. Si ça ressemble aux autres sites archéologiques que nous avons vus, autant garder nos 12 levas qui équivalent à un repas au restaurant, boissons comprises. Sans doute, sommes-nous un peu désabusés par les déconvenues précédentes.
Nous devions quitter la Bulgarie le 16 pour rentrer en cinq jours et passer deux jours à Vienne, mais nous décidons de quitter la Bulgarie demain soir et de passer nos derniers jours à Vienne, Melk puis Salzburg.

Dimanche 12 août
Nous quittons Veliko sous une pluie battante qui n'a pas cessé de toute la nuit… Pas très pratique pour enrouler le taud ! Heureusement, tables et fauteuils d'extérieur étaient à l'abri depuis le premier orage. Pour enlever les béquilles et atteler, nous pataugeons dans la gadoue, sur le terrain en pente, l'eau ruisselle sous la caravane.
Douche naturelle ! Echevelés et trempés.. Nous partons.
Nous renonçons à la vallée des roses (d'ailleurs la saison des roses, c'est juin) et par conséquent au monastère de Troïan et à Koprivchtitsa… Avec cette pluie autant prendre la route directe vers Sofia (60 kilomètres de moins) d'autant que je n'ai pas trouvé le moindre camping dans ce coin et il aurait fallu faire une centaine de kilomètres en plus avec la caravane derrière pour voir ces deux sites.
Compte tenu qu'on n'est plus très sûrs que ça vaille vraiment le détour, nous prenons l'option la plus rapide. Nous traversons les faubourgs de Veliko, aussi tristes que partout, qui contrastent avec le cadre de la ville elle-même, assez jolie avec sa colline du Tsaverets et les méandres de la rivière Yantra. Et en route vers Sofia puis la frontière.
La route de qualité moyenne s'enfonce entre de vertes montagnes vallonnées, paysages plaisants malgré le gris humide. A Balgarski Izvor, nous profitons d'un dernier restaurant bulgare, une grande assiette de viande grillée, tandis que revient le soleil.
Ensuite ce sont encore de très beaux paysages. Nous sommes à 100 kilomètres à l'est de Sofia, magnifiques montagnes qui s'étagent sur plusieurs plans.
Le Routard ne parle pas de cette région, car il n'y a rien à visiter, mais cette route est beaucoup plus agréable que celle qui passe par Plovdiv, mais comme on n'y voit aucun camping, il faut se contenter de traverser ce décor en l'admirant au passage… Comme les Rhodopes !
Mon regret c'est de n'avoir jamais pu camper dans les montagnes qui offraient de bien plus beaux paysages que les grands axes de communication.

Il est 18 heures. Nous sortons de Bulgarie, mais nous n'y reviendrons pas… Ce voyage ne se classera pas parmi les "inoubliables".
Quelques jolis endroits, Rila, Bojentsi, Sofia, Sozopol, Nessebar, les Rhodopes, les montagnes à l'est de Sofia… Mais pas vraiment de coup de cœur dans ce pays ! Pas de dépaysement ! Pas de paysages extraordinaires, de villes merveilleuses, de lieux à couper le souffle ! Endroits quelconques ou juste agréables… Mais surtout, on a eu l'impression d'un vaste "brouillonnage", manque d'indications total sur les routes, sur les lieux culturels, descriptions du Routard surfaites, manque de campings, ou campings fantômes introuvables, au confort pour la plupart, plus que sommaire, j'excepte Kavatsi à Sozopol et Dragizevo près de Veliko Tarnovo…
Surtout et par-dessus tout, les difficultés à se repérer sans informations ! Pourtant, nous ne sommes pas novices en voyage, nous avons parcouru des pays sur quatre continents, sans jamais patauger autant dans l'entrelac de routes. Je parle anglais, espagnol et comprends à peu près l'Italien et l'Allemand… Et j'avais appris l'alphabet cyrillique. Malgré cela, impossible de communiquer, sauf de rares fois en anglais !
Reste que, même si nous avons ressenti un manque de lieux culturels à découvrir, c'était quand même les vacances, qu'il faisait chaud (trop) qu'on aime la vie en caravane et ses aléas.
Nous franchissons donc la frontière et dormons 180 km plus loin en Serbie.

Lundi 13 août
Nuit fraîche, 16° dans la caravane ce matin, mais le soleil resplendit !
Nous traversons la Serbie… Long ruban dans la plaine… A 16 heures, nous entrons en Hongrie et dormons à proximité de la frontière Autrichienne.

Pour lire le journal d'Autriche qui fait suite à celui-ci,
cliquer sur cette phrase.

 

Et après l'Autriche :

 

Mardi 21 août
Après une traversée rapide de l'Allemagne, nous arrivons à Strasbourg à 18h30, où nous nous arrêtons pour faire un tour dans la petite France et manger au restaurant. Nous dormons quelques kilomètres après Strasbourg.

Voir les photos

Mercredi 22 août
Sur notre route, Verdun… Nous prenons le temps de visiter l'ossuaire de Douaumont, la tour, la chapelle et le cloître. Et tout autour l'immensité de la nécropole, forêt de croix blanches alignées dans tous les sens. Un film-mémoire y est projeté.

Voir les photos

Nous roulons ensuite jusqu'à Beauvais où nous savons trouver un Courte Paille et nous dormons à la suite sur le parking du centre commercial.

Jeudi 23 août
Arrivée à 12h45

Kilométrage total du voyage : 8713 km
(dont 849 km pendant la semaine en Autriche).

 

 
Menu Journal Page précédente Page précédente Menu Journal Page suivante Vous y êtes ! Recette Accueil Bulgarie Tourisme