Assos (Bekam Hale), petit port de pêche niché au pied d'une colline, rues pavées de galets ronds mal ajustés, antiques maisons en pierre de pays, fondues dans la montagne et devenues restaurants avec terrasses au pied de l'eau. Beaucoup de charme et de calme (mais sans doute pas l'été, vu le nombre de tables alignées) !
Nous repartons en direction de Bursa, par une départementale qui musarde entre les champs déjà moissonnés (fin mai ! Pas étonnant avec cette chaleur !) Paisible campagne entourée de douces collines. Une tortue traverse la route à petits pas, c'est la première que nous voyons, elle s'en va tranquille, vaquer à ses affaires. Depuis qu'on a quitté la côte égéenne, on a retrouvé les grands espaces verts, vallonnés, ponctués de temps à autre d'un bourg avec son éternelle mosquée. Par endroits, les champs ont été inondés artificiellement pour permettre la culture du riz. Les pousses ne mesurent pas plus d'une dizaine de centimètres et n'ont donc pas encore le charme des tiges d'un si beau vert, ondulant sous la brise du Cambodge, de l'Inde ou du Sri Lanka.

Culture de riz

14 heures.. Devant nous, se dessine la mer de Marmara, bleue… bleue. Des semeurs lancent le riz à la volée, en grands gestes amples, mais trop lointains pour être saisis sur une photo, évoquant le blé de Jean Giono.
15 heures... Erdek, une presqu'île face à Bandirma, une rangée de restaurants près du port. Ouf, on va pouvoir manger !
En quittant Bandirma en direction de Bursa, l'air est brûlant, nous roulons fenêtres grande ouvertes comme d'habitude et ne sommes pas épargnés par les odeurs pestilentielles des nombreuses industries. Le vent qui s'engouffre dans la voiture ne nous rafraîchit même pas. Il doit faire 40° dehors. Le goudron fond, les femmes enroulées dans leurs foulards et leurs longues jupes, travaillent la terre !

Femme aux champs

Plus d'une heure à tourner dans Bursa pour trouver l'hôtel ! Chaleur ! Douche !
Nous ressortons après dîner pour nous balader dans le bazar, mais il est déjà 21 heures et tout ferme. Nous verrons ça demain. Encore une clim poussive du même modèle que celle d'Istanbul ! On meurt de chaud ! Il faut tout ouvrir, mais ça ne rafraîchira pas de sitôt, et la chambre donne au-dessus des grands boulevards, en plein centre à deux pas du bazar. Une réunion de je ne sais quoi a lieu sous nos fenêtres, hauts-parleurs, harangues, slogans scandés par les spectateurs…

ETAPE : 508 km

Mardi 1 juin
Nous nous rendons à pied dans le quartier des monuments de Bursa, pour voir la grande mosquée "Ulicami", le bazar et le "Koza Han" qui abritait le commerce des cocons de soie.
Plus loin dans la ville, se dressent le mausolée vert (Yesil Turbe) splendide, aussi vert dedans que dehors et la mosquée verte (Yesil Cami) à la façade de marbre blanc veiné de gris, et à l'intérieur décoré de faïences vertes et bleues.

Yesil Turbe

En fin de matinée, nous quittons la ville pour nous rendre à Iznik (Licée), par la route qui longe la rive sud du lac, un long ruban tendu entre, à notre droite, des oliveraies à perte de vue, sur fond de collines elles-même plantées d'oliviers au-dessus desquels veillent de sombres conifères, et à notre gauche, le lac bleu en avant-plan d'autres collines plus lointaines. Un grand serpent traverse la route devant la voiture.

Lac d'Iznik

Plus loin, le décor se découpe en cinq plans. La route au milieu, à droite les champs d'oliviers en pente douce, au-dessus les collines de conifères. A gauche, les oliviers en contrebas, qui dévalent la pente jusqu'au lac derrière lequel veille la montagne. Peu à peu, on descend au niveau de l'eau et les étages disparaissent, hormis la montagne. Très agréable balade sauvage de plus de 40 kilomètres entre vert et bleu, avant la pause à Iznik, remparts, minaret tout en faïence verte qui donne son nom à la mosquée (Yesil Cami) et déjeuner de brochettes de poissons au bord du lac dans un décor attrayant.

Minaret à Licée

Istanbul se profile… infernale circulation ! Nous voulions aller à Oskudur, sur la rive asiatique, nous balader à pied. Impossible de se garer, de circuler, rien… Nous prenons la route de l'hôtel que nous connaissons heureusement. A 19 heures, nous sommes à deux pas de l'hôtel, mais les rues embouteillées nous empêchent d'approcher et de nous garer. Nous tournerons une heure encore dans les rues attenantes avant de nous arrêter au coin d'un carrefour et d'aller chercher à l'hôtel quelqu'un pour nous indiquer le garage. Il n'y en a pas ! Un peu plus tard, le groom nous emmènera jusqu'à un parking payant pour y laisser la voiture cette nuit ! 20 livres turques (10 euros) !!!!
Dîner en plein air sur le toit de l'hôtel, la terrasse domine la rue qui s'illumine.
Nous prenons le métro vers 21 heures (pas question de reprendre la voiture !), et descendons sur la place de l'hippodrome, à proximité de la mosquée bleue et de la basilique Sainte Sophie, pour faire quelques photos de nuit.

ETAPE : 353 km

Mercredi 2
Le ciel est tristement gris, pour ne pas nous donner trop de regrets de prendre l'avion ce soir. Dans le quartier de Fatih, c'est jour de marché ! Nous croisons de très nombreuses femmes en noir, cachées de la tête aux pieds, le visage seul visible; quant à celles qui ne sont pas en noir, elles sont aussi couvertes, jupes longues, imperméables jusqu'aux chevilles et foulard. Nous laissons la voiture au débarcadère de Fener (loin du centre) et allons à pied au marché, où nous réalisons quelques bonnes affaires. En fin de matinée, nous embarquons sur le bateau qui longe la Corne d'Or, pour aller à Uskudar, quartier populaire de la rive asiatique, où nous n'avons pas pu stationner hier. Après quelques achats de fruits secs qui abondent dans ce quartier, nous déjeunons sur une terrasse au-dessus de la rue et nous baladons dans les étroites ruelles bien achalandées. Le soleil sort de son trou et nous inonde de lumière. Nous rentrons par le bateau sur la Corne d'Or... Dernier regard sur Istanbul qui défile sur notre gauche.

EXCURSIONS : 38 km

15h45 : Aéroport… Nous rendons la voiture à Europcar… Attente… Embarquement… Décollage à 19 heures… Trois heures de vol !

KILOMETRAGE TOTAL : 3768 km

Quelques prix :
2 livres turques = 1 euro
Un trajet en tramway ou en bateau-bus dans Istanbul : 1,50 livres turques
Gasoil : 3 livres turques/litre.
Repas dans des restaurants locaux : un plat et une boisson : 28 livres turques en moyenne
Un kebab : environ 2 livres turques
Bouteille d'eau d'1,5 litre en épicerie : 1 livre turque
1 petit expresso dans un endroit touristique : 5 livres turques

Entrée sur la plupart des sites ou monuments importants : 20 livres turques
Quelques exemples :
Ste Sophie : 20 livres turques
Topkapi + le harem : 35 livres turques
Pamukkale : 20 livres turques
Ephèse : 20 livres turques
Basilique-citerne : 10 livres turques

 

 
Menu Journal Page précédente Vous y êtes ! Recette Accueil Turquie Tourisme