Jeudi 7 novembre

Debout à 5 h 20 ! Mais pourquoi les vols sont-ils toujours aussi matinaux ? Notre avion décolle à 7 h 50 pour Calafate, via Buenos Aires où nous changerons d'avion après une escale de deux heures et demie.
Quelques minutes après le décollage, nous distinguons sur notre gauche les chutes d'Iguazu. Vues du ciel, elles n'ont pas la même envergure que sur terre !
Cependant, cela fait plaisir de les voir une dernière fois.

Iguazu

15 h 30 : L'avion se pose doucement près du lac Argentino. Bleu laiteux sous le ciel bleu soleil. Nous avons survolé des mers de nuages lumineux, traversé des nuées étincelantes à travers lesquelles perçaient les montagnes enneigées, aperçu les lacs Viedma puis Argentino, écrins bleus, sous le ciel bleu effiloché de coton blanc...
Emotion... Voilà donc cette Patagonie... comme un inaccessible enfin atteint... La même impression qu'en atterrissant à San Francisco en 2002, l'impression d'entrer dans un rêve...
L'avion, oui, est venu se poser tout contre le Lago Argentino scintillant !!!
Neuf degrés dehors... Mais le soleil chauffe, luminosité exceptionnelle... Il fait clair.
Demain, le Perito Moreno... Depuis le temps que j'en rêve !!!
Nous nous promenons dans Calafate, faisons quelques courses pour le pique-nique de demain et dînons au restaurant. Je goûte l'agneau de Patagonie caramélisé. Très bon !
Il est 21 heures, il ne fait pas nuit encore et le jour se lève vers 5 h 30. Forcément, nous sommes si bas en latitude et au milieu du printemps. Ici, dans un mois et demi, les jours dureront dix-sept heures.
21 h 30, la nuit tombe, nous préparons nos sacs... Exit shorts et tee-shirts... Pour demain, chaussettes et gants de soie sous les chaussettes et gants de laine, caleçon et maillot de corps de sport, gros pull et manteau de ski... tout ce que nous avions acheté pour aller en Laponie en février 2008.

Vendredi 8 novembre
Après la nuit étoilée, le soleil est au rendez-vous. Levés à 6 h 30, nous nous équipons pour le Perito Moreno. A Calafate, il ne fait pas très froid, mais quand nous arriverons au bord du glacier (à 80 km de là), il fera plus frais.
Le bleu du lac Argentino est tel qu'on le voit souvent sur les photos, un bleu glaciaire, magnifique. Nous voilà donc dans le bus en route pour ce glacier mythique que j'ai envie de découvrir depuis que New Nedjma, il y a une dizaine d'années nous avait montré dans mon groupe de voyage "Images de partout et d'ailleurs", les photos de son voyage au Perito Moreno.
Nous roulons cinquante kilomètres dans la plaine patagonique, plantée de lichens et de myrtilliers, et où se promènent des troupeaux de moutons. Le lac se détache sur la Cordillère des Andes enneigée. Quelques petits icebergs flottent au loin. La guide explique qu'en s'approchant des Andes, le temps peut varier subitement, on peut vivre les quatre saisons en un seul jour. La Patagonie est la troisième zone glaciaire du monde après l'Antarctique et le pôle Nord. Bientôt le car se glisse entre lacs et montagnes aux crêtes blanches... Nous entrons dans le parc naturel de Los Glaciares. Croissant très lentement, à cause des conditions climatiques, la végétation, vieille de 250 à 350 ans, a changé. Arbustes verts et buissons de fleurs rouges colorent le paysage. Une palette de couleurs entre blanc de la neige, bleu du lac, rouge des fleurs et tapis vert.
Suspense... La guide annonce : "Attention, préparez-vous à découvrir la première vue du Perito ! Fermez les yeux ! Elle compte... 10.. 9.. 8.. 7.. 6.. 5.. 4.. 3.. 2.. 1.. 0... Ouvrez !
Il est là ! Ouaou !
Coeur battant... Qu'il est beau ! Manolo, le chauffeur du car a mis une chanson sur le Perito.

Perito Moreno

Un catamaran nous emmène en quinze minutes, au pied de la face Est, une paroi de glace, haute comme un immeuble de vingt étages. Des flocons volettent. Arrivés face au géant, les voyageurs sont répartis selon qu'ils parlent anglais ou espagnol. Nous choisissons le groupe en langue espagnole, que je maîtrise bien et que j'aime parler. Nous sommes les deux seuls français de l'équipe et les plus âgés.
Nous chaussons de larges crampons qui prennent toute la semelle et commençons une grande marche sur le glacier.
Détail amusant : Eric, notre guide de montagne est allé à Pralognan faire du ski l'an dernier et il y retourne fin janvier 2014. Sa fiancée, Argentine, est monitrice à Courchevel.
Nous voilà partis dans un mini-trekking, pas facile, ça monte beaucoup et ça descend tout autant. A l'ascension, il faut écarter les pieds en canard, comme à skis, à la descente les tenir bien parallèles, genoux fléchis, épaules en arrière. C'est plutôt sportif !
Eric (comme d'ailleurs les autres guides, les gérants d'hôtels et les gens que nous avons rencontrés) est très sympa, convivial, attentif. C'est une véritable expédition, nous marchons en file indienne entre crevasses d'eau bleue et pics de glace, jusqu'au point le plus haut où la vue se révèle éblouissante, sur les alentours et le lac laiteux.
Au retour, Eric nous arrête et nous offre un whisky avec glace pilée directement prélevée sur le glacier. La balade aura duré deux heures. Nous pique-niquons ensuite, assis dehors, devant la face Est du Perito.

Perito Moreno

Quelle chance, ce grand soleil ! Environ huit degrés sur le glacier, avec le soleil, un souffle de vent et chaudement vêtus, c'est un régal.
Nous enlevons même les manteaux et gants pour déjeuner. C'est comme à Pralognan, quand par une belle journée, on s'assoit à la terrasse du Pachu.
La journée n'est pas finie. Nous allons rester en compagnie du Perito, tout l'après-midi encore.
Sous nos yeux, au moment d'embarquer, un gros bout de glace tombe dans l'eau avec fracas, constellant la surface du lac de mini-icebergs. Rien à voir évidemment avec la grande rupture qui a lieu tous les un à quatre ans...
D'autres craquements, d'autres chutes... Le bateau longe la paroi d'assez près, la glace miroite en blanc, en bleu. Les crevasses sont azur, réflexion du ciel dans une eau pure. Ce phénomène de bleu ne peut se faire que lorsque la glace ou l'eau ne contiennent pas de sédiments.
Emerveillement devant ces couleurs, cette masse grandiose... On retient son souffle et on déclenche, on déclenche, comme si photographier dix fois, cent fois pouvait permettre d'emporter davantage cette vision.
Pas encore de regrets de quitter ce lieu magique, on est de nouveau là demain et en croisière pour la journée. Mais ce site unique ne peut s'effacer de la mémoire, c'est aussi fort que lever la tête vers les pyramides du Caire, ou se pencher sur le cirque de Mafate ou le Grand Canyon, ou encore s'émerveiller à Yellowstone. La nature est immensément belle... Formidablement impressionnante !
Le bus nous emmène jusqu'aux passerelles qui permettent une vue panoramique sur les deux faces du Perito (Nord et Est).

Perito Moreno

Pendant une heure, nous restons à l'admirer et à le prendre en photo. De temps à autre, un gros bloc se détache. Ces crevasses bleues me fascinent. Voir le Perito en photo et le voir en vrai n'a rien de comparable. Ce bleu, il existe vraiment, du pastel au bleu soutenu !
De cet endroit, se découvre toute la surface du glacier qui telle une coulée s'avance dans l'eau et vient buter sur la terre, et même grimper dessus, coupant en deux le lac Argentino. Il s'est déjà vu une différence de vingt mètres de hauteur entre les deux parties du lac, dans les années 80.
Des affiches indiquent que le glacier mesure 50 à 60 mètres de haut, mais s'enfonce de 120 mètres sous le niveau du lac, qu'il est long de 14 km et large de 5.

Perito Moreno

Le vent est froid sur cette plate-forme, mais le soleil compense un peu. Assis sur un banc, face au Perito, nous restons en contemplation. Nous rentrons en car vers 18 heures et ressortons plus tard à pied pour dîner dans un grill de viande où les plats sont servis à volonté.

Samedi 9 novembre
6 h 15 ! Le réveil sonne. Même pas difficile de se lever ! Aujourd'hui nous partons en croisière toute la journée sur le lac Argentino pour l'excursion "tous les glaciers". Le programme comprend l'approche du glacier Upsala, du Spegazzini et du Perito Moreno.

Croisère Los Glaciares

Nous voilà donc confortablement installés dans un vaste catamaran posé sur une eau vert jade. Le ciel est couvert pour le moment et il fait frais, mais nous sommes équipés pour avoir chaud, donc tout va bien.
Nous démarrons à 9 h 15 en direction du glacier Upsala.
Boca del Diablo... partie la plus étroite du lac...
Les premiers icebergs, bleus, apparaissent sur notre droite, tandis qu'au fond d'un bras d'eau, se dessine une montagne complètement blanche, sur un ciel azur. Au-dessus de nous, le ciel n'est pas encore dégagé et le contraste est intéressant.
Nous entrons et sortons du catamaran bien chauffé pour les photos. Dehors, c'est glacial à cause de la vitesse du bateau (34 km/h) mais le soleil et le ciel bleu sont maintenant au-dessus de nos têtes. Nous naviguons dans le bras nord du lac. Laissant sur notre gauche le canal Spegazzini, nous glissons dans le canal Upsala. Quelle lumière ! Quelle palette ! Echarpes blanches dans le ciel azur pastel, eau jade, cimes éclatantes de blancheur, icebergs bleus... Au fond du canal, l'Upsala s'étale de toute sa masse; on en voit surtout la surface, car le cata ne peut s'approcher, une barrière d'icebergs ferme le passage, nous empêchant de venir près de la paroi verticale.
Le bateau stoppe... Photos, photos, photos... Le soleil chauffe fort et sans le vent de la route, nous cuisons doucement sous nos anoraks. Dommage de le voir d'aussi loin, ce glacier, plus gros que le Perito Moreno ! Mais il y en aura d'autres au cours de la journée !
Le bateau fait demi-tour entre quelques glaçons flottants. Nous entrons dans le canal Spegazzini; sur notre droite se dévoile bientôt le glacier Seco, langue glaciaire qui s'écoule entre deux montagnes sombres et n'atteint pas le lac. il n'est pas bien grand, comparé aux géants Upsala et Perito Moreno.
Et voici le beau glacier Spegazzini, que nous frôlons, à quelques 60 mètres de la paroi... Crevasses bleues qui pâlissent ou s'illuminent au gré des nuages... Un rayon de soleil, tous les bleus s'allument, un nuage les estompe. Ce glacier descend de la montagne, assez abruptement, on en découvre tout son parcours avant qu'il ne chute dans l'eau barrant le passage de sa paroi verticale. Bien sûr, tout le monde est sur le pont, sur les passavants, pour mitrailler. On ne s'en lasse pas, on s'en régale. Après une longue station devant ce décor difficile à décrire, le cata se détourne lentement pour se diriger vers le Perito Moreno.

Spegazzini

Nous sortons le pique-nique et déjeunons dans le bateau en regardant défiler le paysage. A travers les grandes baies, le soleil tape fort. Le ciel tout bleu souligne le contour de montagnes très noires ourlées de coulées de neige. Le jeu de couleurs est agréable à l'oeil, avec le vert de l'eau en contrebas.
Cent vingt-huit kilomètres depuis le départ, nous approchons du Perito Moreno. Pour la dernière fois, nous avons rendez-vous, coeur battant, avec le glacier magique. Clic Clac Clic Clac.
Que dire de plus ?
Un long moment à ses pieds...
Soudain, fracas... Un énorme bloc de glace se détache, une longue estafilade de haut en bas qui s'effondre dans un bruit de cataracte, provoquant une belle vague tandis qu'une nuée de cristaux de glace et de gouttes d'eau s'élève au-dessus du glacier. Spectaculaire, et sous nos yeux, juste à quelques mètres ! Pas le temps de photographier hélas, le temps de viser, des têtes passent devant, c'est fini. Tant pis pour la photo, on l'a dans les yeux !
Admiration silencieuse... Et dans un souffle de regret, le bateau vire et trace un sillage d'écume devant le décor sublime. Sillage un peu triste de le quitter... si beau.
Je reste à l'arrière à le regarder reculer, s'amenuiser, s'éloigner, disparaître. On a commencé par lui et fini par lui. Rêve éveillé... La glace pique les yeux par son éclat... On ne le reverra jamais mais on ne l'oubliera pas...
Au total, nous avons navigué cent soixante-quinze kilomètres... Une belle croisière !
Pour notre dernière soirée en Argentine, nous avons envie de manger un de leurs fameux "bife" argentin, cet épais bifteck (de 350 à 400 g) que nous avions dégusté plusieurs fois à Buenos Aires. Au Chili, nous n'en trouverons sans doute pas.

Boeuf argentin

Nous nous régalons donc encore une fois dans un restaurant local. Nous n'avons jamais mangé à l'hôtel, les dîners pour touristes sont beaucoup plus chers. Tandis que les restaurants locaux, à prix abordables, offrent des repas de qualité.

 

 
Page précédente Menu Journal Page suivante Page précédente Menu Journal Page suivante Vous y êtes ! Recette Accueil Argentine Tourisme